inondation
ACTUALITÉS

Birmanie : un village menacé de disparition par un barrage suisse

Baptisé Upper Yeywa, un barrage hydroélectrique réalisé par une entreprise suisse devrait entraîner la disparition de tout village birman dès sa mise en service. Une situation de chaos difficilement vécue par les habitants qui ne refusent de partir malgré la menace. Pourquoi cet ouvrage constitue-t-il un réel danger pour ces villageois ? Que faire le gouvernement birman face à ce péril ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles tentera de répondre cet article.  

Ta Long, un village totalement inondé par les eaux de l’Upper Yeywa à son ouverture 

Situé dans la région montagneuse du nord-est de la Birmanie, le village de Ta Long ne devrait plus exister d’ici les deux prochaines années. Le barrage Upper Yeywa dont les travaux de construction ont démarré depuis 2008 le noierait dès qu’on le mettrait en service. Il faut dire que ce projet confié à un consortium composé du bureau d’ingénierie vaudois Stucky et de plusieurs groupes chinois est prévu pour être réalisé sur la rivière Namtu.

Celle-ci se trouve à quelques vingt kilomètres de ce village dont les habitants issus de la minorité ethnique Shan. Selon les études d’impact environnemental effectuées par les experts, tous les sites se trouvant dans un rayon de 395 mètres d’altitude seront sous les eaux dès que cet ouvrage hydroélectrique est mis en fonctionnement.

Or Ta Long n’est localisé qu’à 380 mètres d’altitude de ce barrage. Il est clair que l’inévitable se produira en 2021, date à laquelle le projet sera achevé. 

Le gouvernement sans solution véritable pour reloger les villageois 

Bien que conscients des risques encourus, les habitants de Ta Long ne comptent pas bouger des terres qui les ont vu naître. Pour eux, il n’est pas question de quitter un site qu’ils occupent depuis près d’un millénaire.

Malgré ce mécontentement, ils sont obligés de partir de là au risque de périr dans les inondations que provoquera l’ouverture du barrage Upper Yeywa. Ce qui est inquiétant c’est la gestion par le gouvernement birman de ce dossier.

On note absence totale de proposition viable de relogement par l’Etat à qui appartiennent les ressources naturelles et les terres sans titre de propriété. L’attitude du gouvernement central est d’autant plus étonnante que le site proposé aux habitants de Ta long est déjà attribué à d’autres villageois. Vivement que des décisions fortes soient prises au profit des concernés pour éviter que plus de 653 personnes se retrouvent sans abri du fait de cet ouvrage. 

Source : https://www.letemps.ch/monde/un-barrage-suisse-seme-chaos-birmanie