ACTUALITÉS

Une manifestation pour exiger un changement de la constitution avant les élections de 2020 en Birmanie

Hommes et femmes, les Birmans sont descendus nombreux dans les rues ce mercredi 17 juillet pour exiger une modification de la constitution avant les prochaines élections prévues pour 2020. Il faut dire que la loi fondamentale de la Birmanie de 2008 ne permet à l’opposante historique Aung San Suu Kyi de se présenter et briguer un mandat présidentiel. Ce qui n’est pas du goût de ces manifestants qui se sont donné rendez-vous devant la mairie de Rangoun afin de montrer leur mécontentement le jour même le Parlement examinait ce sujet ultra sensible.

Une manifestation pour plaider la cause d’Aung San Suu Kyi

Tous les observateurs avertis de la scène politique birmane savent que la constitution de 2008 est une loi taillée sur mesure pour réduire à néant les ambitions présidentielles de l’opposante Aung San Suu Kyi. Celle-ci contient une disposition selon laquelle tout citoyen qui épouse une personne étrangère ou qui a des enfants avec des étrangers ne peut accéder au poste de président. Et quand on sait que la prix Nobel de la paix est mariée à un homme de nationalité britannique, on comprend qu’il s’agit de curieuses coïncidences. C’est pour cette raison qu’elle ne peut occuper actuellement le poste de chef de gouvernement qui lui revient de droit. Pour la Ligue nationale pour la démocratie qu’elle dirige, cette situation est inacceptable. C’est pourquoi des différentes actions visant une modification de la constitution actuelle sont entreprises par son parti majoritaire au Parlement à l’issue des élections de 2015. La date du rassemblement des manifestants devant la mairie de Rangoun de ce mercredi n’a pas été choisie au hasard. Elle coïncide avec le jour du débat parlementaire sur l’épineuse question du changement de la loi fondamentale birmane.  Ces manifestants n’espèrent qu’une seule chose : un aboutissement du processus en cours au Parlement en faveur d’une modification de la constitution de 2008. C’est en cas le souhait de l’écrivain et partisan de la LND Daung Mann Hon, également présent dans les rues de la capitale birmane ce mercredi.

Un changement constitutionnel que ne souhaitent pas les militaires

Ce changement constitutionnel que réclament les manifestants acquis à la cause d’Aung San Suu Kyi n’est pas voulu par les militaires. Bien que la junte ait été dissoute depuis 2011, l’armée demeure politiquement puissante en Birmanie. Les hommes en tenue ont par conséquent suffisamment de pouvoir s’opposer à toutes les tentatives de modification de la constitution de 2008 d’où qu’elles viennent. Ils n’ont pas manqué de le faire savoir lors des débats au Parlement. Comment voudront-ils changer une constitution qui leur garantit les postes ministériels clés de la Défense et de l’Intérieur sans oublier le quota des députés militaires non-élus ? Il est clair que la bataille pour le changement de la foi fondamentale en prélude aux prochaines élections législatives de 2020 sera rude.

Sources :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/en-birmanie-manifestation-pour-changer-la-constitution-avant-les-elections-de-2020-20190717